Séance 6 (18/04/2019) – La soutenance de la thèse

Présentation d’un plan de thèse – Marine Carcanague : « Des femmes d’honneur devant la justice. Honneur et réputations des femmes dans la France du XVIIIe siècle (v. 1700- 1789) »

En première partie, Marine Carcanague a présenté son projet de thèse intitulé : « Des femmes d’honneur devant la justice. Honneur et réputations des femmes dans la France du XVIIIe siècle (v. 1700- 1789) ».

Si l’honneur masculin a été bien étudié, l’honneur féminin a souvent été considéré comme moins déterminant : placé sous le contrôle des hommes, il se réduirait au respect des impératifs moraux et sexuels. Pourtant, les archives judiciaires mettent en scène de nombreuses femmes qui cherchent à réparer leur honneur blessé au XVIIIe siècle, témoignant de l’importance de ce sentiment pour les femmes. Sa thèse se situe ainsi à la croisée de l’histoire de l’honneur, de l’histoire du genre et de l’histoire des pratiques judiciaires. Les sources mobilisées sont les archives du Tribunal des maréchaux de France ainsi que sur des échantillonnages dans la justice ordinaire (justices seigneuriales, bailliages/sénéchaussées, présidiaux). L’intégration progressive du sentiment d’honneur au droit l’amène également à prendre en compte des traités de jurisprudence et d’avocats. Marine Carcanague a présenté une ébauche de son plan de thèse.

La présentation s’est suivie d’une discussion avec Virginie Martin, maitresse de conférence en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne , qui a prodigué différents conseils méthodologiques utiles à tou-te-s pour bâtir un plan.

La soutenance de la thèse. Intervention proposée par Jeanne-Laure,
docteure et chercheuse associée à l’IHMC

En deuxième partie de séance, Jeanne-Laure Le Quang, docteure en histoire et chercheuse associée à l’IHMC, a abordé les multiples démarches administratives à effectuer lors de la soutenance de thèse. De la réservation de la salle aux qualifications CNU, Jeanne-Laure a détaillé les différents calendriers et échéances administratives. Des conseils généraux ont également été donnés sur la rédaction de la thèse.

Séance 5 (28/03/2019) – La publication de la thèse

Présentation d’un projet de thèse – Aurélien Peter : « Encrés au parlement. Les greffiers du parlement de Paris, intermédiaires et médiateurs (fin XVIe-XVIIIe siècle) »

Dans un premier temps Aurélien Peter, doctorant en première année, a présenté son projet de thèse intitulé : « Encrés au parlement. Les greffiers du parlement de Paris, intermédiaires et médiateurs (fin XVIe-XVIIIe siècle) ».

Son projet de thèse vise à observer la position centrale des producteurs et conservateurs des écrits du parlement de Paris, première cour de justice et lieu d’enregistrement des lois pour un ressort allant de La Rochelle à Lyon et de Callais à Aurillac : les greffiers. Repérables partout, car sur tous les documents ils ont encré leurs traces, les greffiers apparaissent comme des intermédiaires et des médiateurs. Ils permettent le contact les justiciables et l’institution judiciaire, ainsi qu’entre les individus à l’intérieur de chacun de ces deux mondes. Plus que de simples passeurs, ils transforment l’information : ils transcrivent les paroles, mettent en récit les procès, contrôlent, en partie, la mémoire judicaire. Le projet de thèse cherche à analyser comment le statut, les activités et les comportements des greffiers se transforment au fur et à mesure que l’activité judicaire du Parlement augmente et que les rapports entre les parlementaires et une monarchie qui se pose comme absolue se politisent. L’études des greffiers du parlement de Paris se trouve ainsi au croisement de plusieurs courants historiographiques et vise à faire une histoire institutionnelle problématisée ainsi qu’une histoire sociale et culturelle de l’institution.

La présentation du sujet de thèse d’Aurélien Peter s’est suivie d’une discussion enrichissante avec Nicolas Lyon-Caen, chargé de recherche au CNRS à l’IHMC.

La publication de la thèse. Intervention proposée par Sébastien Schick, maître de conférences en Histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

En deuxième partie de la séance, Sébastien Schick, maître de conférences en Histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est intervenu au sujet de la publication de la thèse pour nous parler de son expérience et donner quelques conseils. La publication de la thèse permet aux jeunes docteur.e.s de faire connaître son champ de recherche à un public plus large et constitue toujours un atout dans la vie professionnelle. Vu que le champ de recherche est dynamique, il est conseillé d’envisager une publication de la thèse dans le plus bref délai possible. Il faut retravailler le texte en tenant compte des critiques qui ont été faites au moment de la soutenance. De plus, au moment de la rédaction de la thèse, il est conseillé d’essayer de garder déjà en tête le fait que la plupart d’éditeurs n’acceptent qu’un manuscrit entre 750.000 et 1.000.000 de signes. Si on doit supprimer un chapitre de la thèse pour la version publiée, on pourrait d’ailleurs envisager d’en faire un article. Le choix d’un éditeur scientifique reconnu par des universités dépend de plusieurs facteurs (champ de recherche, prestige de la collection, accessibilité du livre, nombre de signes…).

Séance 4 (21/02/2019) – La campagne ATER.

Présentation d’un projet de thèse : Loanh Mirande, « La chapelle royale de Bruxelles au xviiie siècle. Usages politiques d’une institution de cour. » Discutante : Charlotte Guichard, directrice de recherche au CNRS (IHMC) et professeure attachée à l’École Normale Supérieure.

En première partie de séance, Loanh Mirande (en première année de thèse) a présenté son projet de thèse portant sur « La chapelle royale de Bruxelles au xviiie siècle. Usages politiques d’une institution de cour. »

Son objectif est d’apporter un éclairage nouveau sur des considérations politiques concernant la question du gouvernement des Pays-Bas autrichiens, et ce, à l’aide d’un objet historique qui n’est pas traditionnellement utilisé pour une histoire politique : la chapelle musicale. Les études historiques à ce sujet se sont en effet principalement focalisées sur des documents de nature politique portant sur le gouvernement de ce territoire – correspondances, rapports, jointes de cabinet et archives des conseils. Loanh Mirande entend donc se concentrer plus précisément sur la question de la musique, et interroger l’importance de celle-ci dans la culture politique du xviiie siècle, par l’intermédiaire d’une étude institutionnelle de la chapelle royale de Bruxelles : il s’agirait donc notamment de démontrer l’articulation du fait musical avec le politique, et de se départir de l’écueil d’une « approche utilitaire », les historiens réduisant volontiers la musique à « un ornement destiné uniquement à illustrer la démonstration historique, sans en faire un objet d’étude à part entière » (Caroline Giron-Panel, Musique et musiciennes à Venise, Rome, 2015).

La présentation de ses recherches s’est suivie d’une discussion avec Charlotte Guichard (directrice de recherche au CNRS (IHMC) et professeure attachée à l’École normale supérieure), et spécialiste de l’histoire de l’art et des cultures visuelles et matérielles des Lumières.

La campagne ATER. Intervention proposée par Jeanne-Laure Le Quang, docteure en histoire et chercheuse associée à l’IHMC.

En deuxième partie de séance, Jeanne-Laure Le Quang, docteure en histoire et chercheuse associée à l’IHMC, est intervenue au sujet des campagnes de postes d’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) qui s’ouvrent chaque année aux alentours du mois de février, afin de parler de son expérience et donner quelques conseils.

Les postes d’ATER sont les postes vers lesquels se tournent de nombreux doctorants à l’issue de leur contrat doctoral de 3 ans, ou de jeunes docteurs à l’issue de la fin de la thèse, dans l’attente de trouver un poste de Maître de conférence. Ces postes leur permettent ainsi de continuer à enseigner dans le supérieur, à raison de 192 heures d’enseignement pour un poste d’ATER complet, ou de 96 heures d’enseignement pour un poste de demi-ATER.

Ces postes sont ouverts chaque année aux candidatures, selon les besoins de chaque université. Cette campagne commence très tôt dans l’année civile (février) et se termine durant l’été de la même année, pour des postes à occuper à partir de septembre. Les postes à pourvoir paraissent sur le site Galaxie. Néanmoins, certaines universités ne publient pas les postes à pourvoir. Néanmoins, l’association des jeunes chercheurs en histoire (AJCH) essaye de centraliser les informations (lien pour la campagne ATER 2019).

Pour connaître les conditions pour candidater à un poste ATER, référez-vous au site du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

On ne peut pourvoir un poste d’ATER qu’un nombre limité d’année : 2 ans maximum pour ceux qui ne sont ni agrégés ni certifiés, 3 ans pour les agrégés ou les certifiés (avec la possibilité, parfois, d’obtenir un prolongement dans l’université où la troisième année d’ATER a été réalisée).

Quelques recommandations :

  • Ne pas candidater juste avant la clôture : il faut d’abord remplir son profil candidat sur le site Galaxie, et ensuite déposer les dossiers demander dessus (processus informatique d’inscription puis de dépôt qui peut prendre deux-trois jours)
  • Un même bloc de pièces est toujours demandé : CV, carte d’identité, attestation d’inscription en thèse (certificat de scolarité), photocopie du contrat doctoral, diplôme de Master 2, lettre de motivation, arrêté de titularisation (uniquement pour les agrégés ou certifiés), et demande de détachement au rectorat pour exercer des fonctions d’ATER (uniquement pour les agrégés ou certifiés)
  • Uniquement pour les agrégés ou certifiés : concernant la demande de détachement au rectorat mentionnée ci-dessus, il s’agit d’une demande à formuler au printemps, en contactant le rectorat pour prévenir l’administration qu’on a prévu de faire la campagne ATER, afin d’obtenir une autorisation provisoire. Dans les vœux de mouvement intra-académiques, il faut mettre en premier vœu « titulaire de zone de remplacement » (TZR) et une attestation du directeur de thèse, tamponnée par l’ED, qui affirme que la thèse sera finie d’ici un an.
  • Toujours bien vérifier, au moment qu’on a déposé une candidature à un poste, qu’on a bien un mail de confirmation, pour vérifier que la candidature a bien été reçue et validée.
  • Outre la présentation de son parcours, de son sujet d’études, il ne faut pas hésiter à préciser, dans sa lettre de motivation, quels enseignements ont été faits durant le monitorat ou dans des vacations, et dans quelle mesure les recherches de sa thèse se rattachent au laboratoire auquel on candidate.

Séance 3 (17/01/2019) – Rédiger et soumettre des articles. Pratiques des revues à comité de lecture

Dans un premier temps Elisabeth Rochon, doctorante en première année, a présenté son projet de thèse intitulé : « Le marché aux chevaux de Paris (XVIIe-XVIIIe siècles) : acteurs, police et espace », sous la direction de Pascal Bastien (UQAM) et de Vincent Denis (Paris 1).

Pour sa thèse, elle a choisi de s’intéresser à l’espace du marché aux chevaux de Paris, situé dans le quartier de la place Maubert, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sa recherche s’inscrit autour de trois grands axes : 1) les acteurs qui y évoluent, leurs métiers et leurs corporations 2) la police de ce marché spécialisé 3) la gestion de cet espace urbain. Ses recherches reposent sur de nombreuses sources :  les archives de la police du Châtelet, les procès-verbaux établis à l’occasion des vols et des fraudes commis dans ce marché, les archives de la Maison du Roi concernant le haras du roi ainsi que les missives échangées entre la lieutenance générale de police et le secrétaire de la Maison du Roi, enfin, les délibérations du Bureau de la Ville.

La présentation du sujet de thèse d’Elisabeth Rochon a fait l’objet de commentaires enrichissants de la part de Rahul Markovits, maître de conférences en histoire moderne à l’École normale supérieure et spécialiste de l’histoire des circulations culturelles en Europe au XVIIIe siècle.

Dans un deuxième temps, Valérie Theis a répondu aux questions des doctorant-e-s concernant la publication d’articles dans des revues. Elle a abordé divers points résumés, entre autres, ci-dessous :

  •  Avant de soumettre un article à une revue, il est conseillé de respecter la taille maximum acceptée par chaque revue. Il faut s’adapter aux exigences diverses de la revue dans laquelle on veut publier, en tenant compte de son histoire et de sa ligne éditoriale.
  • Il faut prendre en compte le temps relativement long de l’expertise si on souhaite avoir publié un article au moment des candidatures sur les postes.
  • Un article ne doit pas être un résumé de thèse, mais il peut être un développement autour d’un dossier et d’une problématique identifiés au cours de la thèse ou le retravail d’une partie coupée de la thèse si celle-ci est trop longue après la soutenance.
  • Plus une revue est généraliste, plus elle reçoit des demandes et moins les chances d’obtenir une publication sont nombreuses. Mais il ne faut pas désespérer pour autant. Il faut plutôt réfléchir à trouver la revue la plus adaptée pour chaque type d’article.
  • En cas de refus de son article par la revue, ne pas le prendre comme un échec personnel grave. Dans tous les cas, on reçoit tout de même des retours sur notre article, d’où l’importance d’essayer quand même de soumettre des articles et d’utiliser ces retours afin d’améliorer l’article pour éventuellement le soumettre à une autre revue.
  • Ne pas soumettre le même article dans plusieurs revues en même temps.
  • Enfin, dans sa thèse, on peut citer un article que l’on a soi-même publié dans une revue.

Séance 2 (13/12/2018) – Le comité de suivi de thèse

Présentation d’un projet de thèse par une doctorante de l’IHMC : Juliette Ronsin, « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici”. Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Discutante : Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC

En première partie de séance, Juliette Ronsin, doctorante en première année sous la direction de Claire Zalc, a présenté son projet de thèse, qui s’intitule : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici”. Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Ce projet de thèse s’inscrit dans la continuité de son mémoire de Master portant sur « L’immigration (post-)yougoslave en France dans les années 1970-2000 : Le cas des ouvriers de l’automobile dans les usines Peugeot-Citroën à Sochaux », et dont plusieurs aspects et problématiques sont encore à développer.

Son analyse consiste ainsi à étudier les conditions dans lesquelles s’est effectuée la rencontre entre l’histoire de l’entreprise Peugeot et la trajectoire biographique des immigrés yougoslaves. À partir des années 1960, rencontrant alors des besoins accrus en main-d’œuvre, l’entreprise Peugeot a organisé la venue de nombreux Yougoslaves à Sochaux-Montbéliard, alors que la France n’était pas une destination d’immigration importante pour les Yougoslaves. Ainsi, dans le cadre de cette thèse, plusieurs problématiques retiennent l’attention. Pourquoi l’entreprise Peugeot a-t-elle embauché autant de Yougoslaves à une période donnée ? Quel a été le rôle de Peugeot dans le développement d’une politique migratoire entre la France et la Yougoslavie ? Par ailleurs, quels impacts ces politiques migratoires ont-elles eu à l’échelle de l’entreprise, des individus et de l’agglomération de Montbéliard ? Il s’agira également de s’interroger sur les conséquences de ces politiques sur les pays d’émigration et d’immigration. Plus précisément, quelles ont été les conséquences dans les régions et dans les villes dont étaient originaires les immigrés yougoslaves et dans celle où ils furent embauchés ? Enfin, les immigrés yougoslaves de Sochaux constituent-ils un groupe unis et homogène comme le supposerait la catégorie d’ « ouvriers yougoslaves », ou bien existe-t-il au contraire une multitude de cas individuels dont on ne saurait construire un modèle ?

La présentation de ses recherches s’est suivie d’une riche discussion avec Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC, et spécialiste de l’histoire des sciences et de l’histoire des entreprises.

Comment organiser un comité de suivi ? Intervention par Laura Balzer et Marine Carcanague, doctorantes à l’IHMC

En seconde partie de séance, Laura Balzer et Marine Carcanague, toutes deux doctorantes en 4èmeet 3ème année, sont intervenues au sujet du comité de suivi de thèse, en rappelant les modalités d’organisation selon les différentes ED où sont inscrit.e.s les doctorant.e.s de l’IHMC (ED 113 de Paris 1 et ED 540 de l’ENS), et en revenant sur leur expérience.

Le comité de suivi de thèse a été rendu obligatoire en mai 2016. Composé d’au moins deux membres, il vise à élaborer un suivi évaluant les conditions de formation du.de la doctorant.e.

Il peut être réuni de manière facultative en première année, mais il doit être obligatoirement réuni à partir de la deuxième année : le rapport émis parle comité de suivi de thèse conditionne en effet les réinscriptions en 3ème,4ème, 5ème,… année de thèse.

Il s’agit donc de quelque chose à prendre avec sérieux.

Le comité de suivi de thèse est organisé par les écoles doctorales, ce qui explique les différences dans l’organisation des comités de suivi de thèse, selon que le.la doctorant.e soit inscrit.e à Paris 1 ou à l’ENS.

Pour chaque école doctorale, les modalités précises d’organisation sont à retrouver :

  • ici, pour l’ED 113
  • ici, pour l’ED 540

Laura Balzer et Marine Carcanague ont insisté sur le grand intérêt du comité de suivi de thèse, qui peut permettre, pourvu qu’il soit bien organisé, des échanges extrêmement intéressants et porteurs. Elles ont notamment vivement recommandé l’envoi en amont d’un rapport écrit d’une dizaine de pages, aux membres du comité de suivi, afin d’offrir un support à la discussion lorsque le comité se réunit. Ce rapport peut par exemple prendre la forme texte définissant le projet de thèse, rappelant les sources et la méthode employées, dressant un bilan historiographique et proposant les premiers résultats de la recherche, et revenant sur les éventuelles difficultés rencontrées ou les projets pour les années à venir, avec en annexe la liste des archives consultées ou qui restent à être consultées.

Séance 1 (15/11/2018) – Comment gérer son temps pendant l’élaboration de sa thèse ?

La première séance du séminaire OuThèPo s’est déroulée le jeudi 15 novembre.

Dans un premier temps, une description du séminaire a été suivie d’un rapide tour de table. Le laboratoire de l’IHMC a ensuite fait l’objet d’une présentation.

Puis l’essentiel de la séance a été consacré à la double intervention d’Antonin Durand et de Gabrielle Chomentowski, tous deux post-doctorants à l’IHMC : ils ont parlé de leur expérience de la thèse en revenant chacun sur leurs parcours respectifs. Les intervenant.es ont évoqué des façons très différentes s’organiser au cours de la rédaction en donnant de nombreux conseils pratiques.

Voici quelques points, parmi tant d’autres, qui ont été soulevés :

  • La durée de la thèse est désormais officiellement de trois ans : a ainsi été souligné le fait que la thèse est désormais devenue davantage un « rapport d’étape » qu’une œuvre-fleuve, d’où l’importance de préparer les « lendemains de thèse » en amont.
  • Plusieurs méthodes existent pour organiser au mieux son temps durant la thèse : faire l’inventaire de toutes les sources existantes dès le début de sa thèse ou encore rédiger des textes ou morceaux de chapitres tout le long de sa thèse.
  • A été rappelée l’importance de la prise de contact avec d’autres chercheurs, et ce, bien avant la soutenance de la thèse, pour pouvoir par exemple se faire connaître et leur soumettre des chapitres de thèse pour relecture.