Séance 3 (17/01/2019) – Rédiger et soumettre des articles. Pratiques des revues à comité de lecture

Dans un premier temps Elisabeth Rochon, doctorante en première année, a présenté son projet de thèse intitulé : « Le marché aux chevaux de Paris (XVIIe-XVIIIe siècles) : acteurs, police et espace », sous la direction de Pascal Bastien (UQAM) et de Vincent Denis (Paris 1).

Pour sa thèse, elle a choisi de s’intéresser à l’espace du marché aux chevaux de Paris, situé dans le quartier de la place Maubert, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sa recherche s’inscrit autour de trois grands axes : 1) les acteurs qui y évoluent, leurs métiers et leurs corporations 2) la police de ce marché spécialisé 3) la gestion de cet espace urbain. Ses recherches reposent sur de nombreuses sources :  les archives de la police du Châtelet, les procès-verbaux établis à l’occasion des vols et des fraudes commis dans ce marché, les archives de la Maison du Roi concernant le haras du roi ainsi que les missives échangées entre la lieutenance générale de police et le secrétaire de la Maison du Roi, enfin, les délibérations du Bureau de la Ville.

La présentation du sujet de thèse d’Elisabeth Rochon a fait l’objet de commentaires enrichissants de la part de Rahul Markovits, maître de conférences en histoire moderne à l’École normale supérieure et spécialiste de l’histoire des circulations culturelles en Europe au XVIIIe siècle.

Dans un deuxième temps, Valérie Theis a répondu aux questions des doctorant-e-s concernant la publication d’articles dans des revues. Elle a abordé divers points résumés, entre autres, ci-dessous :

  •  Avant de soumettre un article à une revue, il est conseillé de respecter la taille maximum acceptée par chaque revue. Il faut s’adapter aux exigences diverses de la revue dans laquelle on veut publier, en tenant compte de son histoire et de sa ligne éditoriale.
  • Il faut prendre en compte le temps relativement long de l’expertise si on souhaite avoir publié un article au moment des candidatures sur les postes.
  • Un article ne doit pas être un résumé de thèse, mais il peut être un développement autour d’un dossier et d’une problématique identifiés au cours de la thèse ou le retravail d’une partie coupée de la thèse si celle-ci est trop longue après la soutenance.
  • Plus une revue est généraliste, plus elle reçoit des demandes et moins les chances d’obtenir une publication sont nombreuses. Mais il ne faut pas désespérer pour autant. Il faut plutôt réfléchir à trouver la revue la plus adaptée pour chaque type d’article.
  • En cas de refus de son article par la revue, ne pas le prendre comme un échec personnel grave. Dans tous les cas, on reçoit tout de même des retours sur notre article, d’où l’importance d’essayer quand même de soumettre des articles et d’utiliser ces retours afin d’améliorer l’article pour éventuellement le soumettre à une autre revue.
  • Ne pas soumettre le même article dans plusieurs revues en même temps.
  • Enfin, dans sa thèse, on peut citer un article que l’on a soi-même publié dans une revue.

Séance 2 (13/12/2018) – Le comité de suivi de thèse

Présentation d’un projet de thèse par une doctorante de l’IHMC : Juliette Ronsin, « « C’est Peugeot qui nous a amenés ici ». Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Discutante : Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC

En première partie de séance, Juliette Ronsin, doctorante en première année sous la direction de Claire Zalc, a présenté son projet de thèse, qui s’intitule : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici”. Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Ce projet de thèse s’inscrit dans la continuité de son mémoire de Master portant sur « L’immigration (post-)yougoslave en France dans les années 1970-2000 : Le cas des ouvriers de l’automobile dans les usines Peugeot-Citroën à Sochaux », et dont plusieurs aspects et problématiques sont encore à développer.

Son analyse consiste ainsi à étudier les conditions dans lesquelles s’est effectuée la rencontre entre l’histoire de l’entreprise Peugeot et la trajectoire biographique des immigrés yougoslaves. À partir des années 1960, rencontrant alors des besoins accrus en main-d’œuvre, l’entreprise Peugeot a organisé la venue de nombreux Yougoslaves à Sochaux-Montbéliard, alors que la France n’était pas une destination d’immigration importante pour les Yougoslaves. Ainsi, dans le cadre de cette thèse, plusieurs problématiques retiennent l’attention. Pourquoi l’entreprise Peugeot a-t-elle embauché autant de Yougoslaves à une période donnée ? Quel a été le rôle de Peugeot dans le développement d’une politique migratoire entre la France et la Yougoslavie ? Par ailleurs, quels impacts ces politiques migratoires ont-elles eu à l’échelle de l’entreprise, des individus et de l’agglomération de Montbéliard ? Il s’agira également de s’interroger sur les conséquences de ces politiques sur les pays d’émigration et d’immigration. Plus précisément, quelles ont été les conséquences dans les régions et dans les villes dont étaient originaires les immigrés yougoslaves et dans celle où ils furent embauchés ? Enfin, les immigrés yougoslaves de Sochaux constituent-ils un groupe unis et homogène comme le supposerait la catégorie d’ « ouvriers yougoslaves », ou bien existe-t-il au contraire une multitude de cas individuels dont on ne saurait construire un modèle ?

La présentation de ses recherches s’est suivie d’une riche discussion avec Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC, et spécialiste de l’histoire des sciences et de l’histoire des entreprises.

Comment organiser un comité de suivi ? Intervention par Laura Balzer et Marine Carcanague, doctorantes à l’IHMC

En seconde partie de séance, Laura Balzer et Marine Carcanague, toutes deux doctorantes en 4èmeet 3ème année, sont intervenues au sujet du comité de suivi de thèse, en rappelant les modalités d’organisation selon les différentes ED où sont inscrit.e.s les doctorant.e.s de l’IHMC (ED 113 de Paris 1 et ED 540 de l’ENS), et en revenant sur leur expérience.

Le comité de suivi de thèse a été rendu obligatoire en mai 2016. Composé d’au moins deux membres, il vise à élaborer un suivi évaluant les conditions de formation du.de la doctorant.e.

Il peut être réuni de manière facultative en première année, mais il doit être obligatoirement réuni à partir de la deuxième année : le rapport émis parle comité de suivi de thèse conditionne en effet les réinscriptions en 3ème,4ème, 5ème,… année de thèse.

Il s’agit donc de quelque chose à prendre avec sérieux.

Le comité de suivi de thèse est organisé par les écoles doctorales, ce qui explique les différences dans l’organisation des comités de suivi de thèse, selon que le.la doctorant.e soit inscrit.e à Paris 1 ou à l’ENS.

Pour chaque école doctorale, les modalités précises d’organisation sont à retrouver :

  • ici, pour l’ED 113
  • ici, pour l’ED 540

Laura Balzer et Marine Carcanague ont insisté sur le grand intérêt du comité de suivi de thèse, qui peut permettre, pourvu qu’il soit bien organisé, des échanges extrêmement intéressants et porteurs. Elles ont notamment vivement recommandé l’envoi en amont d’un rapport écrit d’une dizaine de pages, aux membres du comité de suivi, afin d’offrir un support à la discussion lorsque le comité se réunit. Ce rapport peut par exemple prendre la forme texte définissant le projet de thèse, rappelant les sources et la méthode employées, dressant un bilan historiographique et proposant les premiers résultats de la recherche, et revenant sur les éventuelles difficultés rencontrées ou les projets pour les années à venir, avec en annexe la liste des archives consultées ou qui restent à être consultées.

Séance 1 (15/11/2018) – Comment gérer son temps pendant l’élaboration de sa thèse ?

La première séance du séminaire OuThèPo s’est déroulée le jeudi 15 novembre.

Dans un premier temps, une description du séminaire a été suivie d’un rapide tour de table. Le laboratoire de l’IHMC a ensuite fait l’objet d’une présentation.

Puis l’essentiel de la séance a été consacré à la double intervention d’Antonin Durand et de Gabrielle Chomentowski, tous deux post-doctorants à l’IHMC : ils ont parlé de leur expérience de la thèse en revenant chacun sur leurs parcours respectifs. Les intervenant.es ont évoqué des façons très différentes s’organiser au cours de la rédaction en donnant de nombreux conseils pratiques.

Voici quelques points, parmi tant d’autres, qui ont été soulevés :

  • La durée de la thèse est désormais officiellement de trois ans : a ainsi été souligné le fait que la thèse est désormais devenue davantage un « rapport d’étape » qu’une œuvre-fleuve, d’où l’importance de préparer les « lendemains de thèse » en amont.
  • Plusieurs méthodes existent pour organiser au mieux son temps durant la thèse : faire l’inventaire de toutes les sources existantes dès le début de sa thèse ou encore rédiger des textes ou morceaux de chapitres tout le long de sa thèse.
  • A été rappelée l’importance de la prise de contact avec d’autres chercheurs, et ce, bien avant la soutenance de la thèse, pour pouvoir par exemple se faire connaître et leur soumettre des chapitres de thèse pour relecture.

Reprise du séminaire des doctorant.es de l’IHMC

Voici les dates du séminaire 2018-2019 qui aura lieu de 18h à 20h en Lettres 1 à l’Ens Ulm les : 

Jeudi 15 novembre 2018

Jeudi 13 décembre 2018

Jeudi 17 janvier 2019

Jeudi 21 fevrier 2019

Jeudi 14 mars 2019

Jeudi 18 avril 2019

Jeudi 16 mai 2019

Cette année, une nouvelle formule sera proposée :

• séances méthodologiques autour des aspects quotidiens de la thèse (publier  et communiquer, comité de suivi…) associant doctorant.es et titulaires du laboratoire

• des discussions scientifiques autour des sujets de thèse des doctorant.es, avec l’intervention d’un.e titulaire pour effectuer une reprise 

Venez nombreux.ses !

Renseignements : delphine.froment@ens.fr

Séance 3 – Préparer une réponse à un appel à communication/Constitution d’un corpus

La troisième séance du séminaire des doctorants de l’IHMC aura lieu le 5 janvier 2017, à la Bibliothèque du CRHM (Galerie Dumas, Escalier R – 2e étage, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 5°), de 18h à 20h.

Les thèmes de discussion seront:

Partie 1: Relecture pour un appel à communication, discussion menée par Marine Camargue

Partie 2: Constitution et gestion d’un corpus

NOTE IMPORTANTE: À partir du mois prochain, les séances vont commencer à 17h15. Le lieux reste inchangé.

Séance 2 – L’historien face aux administrations/L’intitulé de thèse

La deuxième séance du séminaire des doctorants de l’IHMC aura lieu le 5 janvier 2017, à la Bibliothèque du CRHM (Galerie Dumas, Escalier R – 2e étage, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 5°), de 18h à 20h.

Les thèmes de discussion de la séance sont:

  • Partie 1: L’historien face aux administrations
  • Partie 2: Choisir ses mots : le problème de l’intitulé de thèse ; discussion menée par Grégoire Binois.

Séance 1 – Élaborer un plan

La première séance du séminaire des doctorants de l’IHMC aura lieu le 1er décembre 2016, à la Bibliothèque du CRHM (Galerie Dumas, Escalier R – 2e étage, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 5°), de 18h à 20h.

Les thèmes de discussion de la séance sont:

  • Partie 1: Survivre aux archives
  • Partie 2: Le projet de plan ; discussion menée par Aude Mayelle.

Programme du Séminaire Outhèpo 2016/2017

L’Ouvroir de Thèses Potentielles (OuThèPo) est un séminaire organisé par et pour les doctorants et post-doctorants de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine  (CNRS/ENS/Paris 1). Les séances vont reprendre le jeudi 1er décembre 2016, et auront lieu tous les 1er jeudis du moi, à la Bibliothèque du CRHM (Galerie Dumas, Escalier R – 2e étage, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 5°), de 18h à 20h. Pour tout complément d’information, vous pouvez rentrer en contact avec les organisateurs du séminaire à l’adresse suivante: outhepo@ens.fr.

Les séances cette année sont conçues comme un espace d’échange et de dialogue autour des questions récurrentes que se posent les jeunes chercheurs, et s’adressent à l’ensemble des doctorants de Paris 1 et de l’ENS, puisque les problèmes abordés seront très largement méthodologiques.

Les séances se déclineront en deux parties, tout d’abord une discussion sur des problèmes pratiques liés à la recherche (comment financer sa recherche ? comment fonctionnent les archives départementales ? quand rédiger et comment ? quels sont les outils informatiques incontournables ? etc…), et ensuite une deuxième partie centré sur un problème spécifique d’un doctorant (cela peut être la présentation d’un projet d’article avant de le soumettre à son directeur, un projet de plan etc…) dans le but de trouver, ensemble, des solutions à des problèmes concrets et aussi de créer une dynamique de travail entre doctorants trop souvent isolés.

Séance 1 – 1er décembre 2016

  • Partie 1: Survivre aux archives
  • Partie 2: Le projet de plan ; discussion menée par Aude Mayelle.

Séance 2 – 5 janvier 2017

  • Partie 1: L’historien face aux administrations
  • Partie 2: Choisir ses mots : le problème de l’intitulé de thèse ; discussion menée par Grégoire Binois

Séance 3 – 2 février 2017

  • Partie 1: Constitution et gestion d’un corpus
  • Partie 2: La démarche de genre : méthodes et sources ; discussion menée par Laura Balzer

Séance 4 – 2 mars 2017

  • Partie 1: Les petits trucs de l’analyse quantitative
  • Partie 2: Libre

Séance 5 – 6 avril 2017

  • Partie 1: Les outils informatiques de l’historien (lexico, carto, biblio, réseaux…)
  • Partie 2: Le positionnement historiographique de son travail ; discussion menée par Julien Edrom

Séance 6 – 4 mai 2017

  • Partie 1: Quand et comment rédiger sa thèse et ses articles
  • Partie 2: Établir des problématiques de recherche ; discussion menée par Marine Carcanargue

Séance 7 – 1er juin 2017

  • Partie 1: Quels usage des mots par l’historien ?
  • Partie 2: Libre

 

 

Séance 7: Histoire des Savoirs

Cette séance aura lieu le 27 mai 2016, de 10 h à 12 h, salle Samuel Beckett, à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

– « Science et rapports de force coloniaux en Nouvelle-Calédonie : apporter la civilisation, emporter des trophées (1860-1898) », par Marie Brualla (IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
– « Leyde, un carrefour des sciences mathématiques dans l’Europe du XVIIe siècle au travers de la vie et de l’oeuvre de Frans van Schooten le Jeune », par Clarisse Budnik (IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Séance 6: Histoires et Espaces

Cette séance aura lieu le 6 mai 2016, de 10 h à 12 h, salle Simone Weil, à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

– « Espaces, mémoire et pouvoir: leçons politiques de l’Ab Vrbe condita », par Marine Miquel (ArScAn, université Paris Ouest Nanterre La Défense).
– « Comment aborder l’histoire de l’Empire Ottoman à l’époque des Tanzimat autour d’une compagnie française de navigation à vapeur? », par Saltuk Duran (Ihmc, École normale supérieure)

 

Séance 5: Quelles histoires pour le sport?

Cette séance aura lieu le 29 avril 2016, de 10 h à 12 h, salle Info 1 (Immeuble Rataud), à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

– « Les concours de tir et l’organisation sportive et festive dans le Saint Empire Romain Germanique aux XVe-XVIe siècles », par Jean-Dominique delle Luche (Crh, EHESS).
– « Évolutions, enjeux et échelles du spectacle sportif à Reims et dans l’espace rhénan (1918-1939) », par Sébastien Moreau (CrhXIX, université Paris I Panthéon-Sorbonne).

 

Séance 4: Contrôler et éduquer les sociétés

Cette séance aura lieu le 22 avril 2016, de 10 h à 12 h, salle Info 1 (Immeuble Rataud), à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

« La famille anglaise de la fin du Moyen Âge à la fin des Tudors », par Sigrid-Arielle Azeroual (IHMC, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
– « Les forces de l’ordre face à l’incendie urbain au XIXe siècle », par Jacques Bury (CrhXIX, université Paris IV Sorbonne).

 

Attention au petit changement dans le programme: la séance sur le sport aura lieu le 29/04.

Séance 3 – Pouvoirs et identités

ATTENTION A L’HORAIRE INHABITUEL

Cette séance aura lieu le 25 mars 2016, de 16 h à 18 h, salle Info 1, à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

« Dissocier pouvoir et identité. Le cas des synœcismes en Grèce hellénistique », par Emeline Priol (ArScAn, université Paris Ouest Nanterre La Défense).
« Qu’est-ce qu’être Australien ? Occupation de la Nouvelle-Guinée et affirmation nationaliste (années 1880-1939) », par Gwendal Rannou (SIRICE, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Séance 2 – La Révolution française comme événement visuel

Cette séance aura lieu le 26 février 2016, de 10 h à 12 h, salle Simone Weil, à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

« L’écriture visuelle du Directoire. De l’œil de la police à l’iconographie « Incroyables et Merveilleuses » », par Clément Weiss (IHMC, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)..
« Visualité de l’imprimé urbain et regards politiques pendant la Révolution », par Laurent Cuvelier (CHSP, IEP Paris).

Séance 1 – Penser et dire le pouvoir

Cette séance aura lieu le 22 janvier 2016, de 10 h à 12 h, salle Info 2, à l’École normale supérieure.

Nous assisterons et nous discuterons les présentations suivantes :

« Penser et dire le pouvoir médiéval : où sont les femmes ? », par Annabelle Marin (Centre Roland Mousnier, université Paris IV Sorbonne).
« La ruche, les échecs et l’orbite : les métaphores du pouvoir chez les historiens médiévistes », par Florian Besson (Centre Roland Mousnier, université Paris IV Sorbonne).