Séance 5 (28/03/2019) – La publication de la thèse

Présentation d’un projet de thèse – Aurélien Peter : « Encrés au parlement. Les greffiers du parlement de Paris, intermédiaires et médiateurs (fin XVIe-XVIIIe siècle) »

Dans un premier temps Aurélien Peter, doctorant en première année, a présenté son projet de thèse intitulé : « Encrés au parlement. Les greffiers du parlement de Paris, intermédiaires et médiateurs (fin XVIe-XVIIIe siècle) ».

Son projet de thèse vise à observer la position centrale des producteurs et conservateurs des écrits du parlement de Paris, première cour de justice et lieu d’enregistrement des lois pour un ressort allant de La Rochelle à Lyon et de Callais à Aurillac : les greffiers. Repérables partout, car sur tous les documents ils ont encré leurs traces, les greffiers apparaissent comme des intermédiaires et des médiateurs. Ils permettent le contact les justiciables et l’institution judiciaire, ainsi qu’entre les individus à l’intérieur de chacun de ces deux mondes. Plus que de simples passeurs, ils transforment l’information : ils transcrivent les paroles, mettent en récit les procès, contrôlent, en partie, la mémoire judicaire. Le projet de thèse cherche à analyser comment le statut, les activités et les comportements des greffiers se transforment au fur et à mesure que l’activité judicaire du Parlement augmente et que les rapports entre les parlementaires et une monarchie qui se pose comme absolue se politisent. L’études des greffiers du parlement de Paris se trouve ainsi au croisement de plusieurs courants historiographiques et vise à faire une histoire institutionnelle problématisée ainsi qu’une histoire sociale et culturelle de l’institution.

La présentation du sujet de thèse d’Aurélien Peter s’est suivie d’une discussion enrichissante avec Nicolas Lyon-Caen, chargé de recherche au CNRS à l’IHMC.

La publication de la thèse. Intervention proposée par Sébastien Schick, maître de conférences en Histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

En deuxième partie de la séance, Sébastien Schick, maître de conférences en Histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est intervenu au sujet de la publication de la thèse pour nous parler de son expérience et donner quelques conseils. La publication de la thèse permet aux jeunes docteur.e.s de faire connaître son champ de recherche à un public plus large et constitue toujours un atout dans la vie professionnelle. Vu que le champ de recherche est dynamique, il est conseillé d’envisager une publication de la thèse dans le plus bref délai possible. Il faut retravailler le texte en tenant compte des critiques qui ont été faites au moment de la soutenance. De plus, au moment de la rédaction de la thèse, il est conseillé d’essayer de garder déjà en tête le fait que la plupart d’éditeurs n’acceptent qu’un manuscrit entre 750.000 et 1.000.000 de signes. Si on doit supprimer un chapitre de la thèse pour la version publiée, on pourrait d’ailleurs envisager d’en faire un article. Le choix d’un éditeur scientifique reconnu par des universités dépend de plusieurs facteurs (champ de recherche, prestige de la collection, accessibilité du livre, nombre de signes…).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.