Séance 4 (21/02/2019) – La campagne ATER.

Présentation d’un projet de thèse : Loanh Mirande, « La chapelle royale de Bruxelles au xviiie siècle. Usages politiques d’une institution de cour. » Discutante : Charlotte Guichard, directrice de recherche au CNRS (IHMC) et professeure attachée à l’École Normale Supérieure.

En première partie de séance, Loanh Mirande (en première année de thèse) a présenté son projet de thèse portant sur « La chapelle royale de Bruxelles au xviiie siècle. Usages politiques d’une institution de cour. »

Son objectif est d’apporter un éclairage nouveau sur des considérations politiques concernant la question du gouvernement des Pays-Bas autrichiens, et ce, à l’aide d’un objet historique qui n’est pas traditionnellement utilisé pour une histoire politique : la chapelle musicale. Les études historiques à ce sujet se sont en effet principalement focalisées sur des documents de nature politique portant sur le gouvernement de ce territoire – correspondances, rapports, jointes de cabinet et archives des conseils. Loanh Mirande entend donc se concentrer plus précisément sur la question de la musique, et interroger l’importance de celle-ci dans la culture politique du xviiie siècle, par l’intermédiaire d’une étude institutionnelle de la chapelle royale de Bruxelles : il s’agirait donc notamment de démontrer l’articulation du fait musical avec le politique, et de se départir de l’écueil d’une « approche utilitaire », les historiens réduisant volontiers la musique à « un ornement destiné uniquement à illustrer la démonstration historique, sans en faire un objet d’étude à part entière » (Caroline Giron-Panel, Musique et musiciennes à Venise, Rome, 2015).

La présentation de ses recherches s’est suivie d’une discussion avec Charlotte Guichard (directrice de recherche au CNRS (IHMC) et professeure attachée à l’École normale supérieure), et spécialiste de l’histoire de l’art et des cultures visuelles et matérielles des Lumières.

La campagne ATER. Intervention proposée par Jeanne-Laure Le Quang, docteure en histoire et chercheuse associée à l’IHMC.

En deuxième partie de séance, Jeanne-Laure Le Quang, docteure en histoire et chercheuse associée à l’IHMC, est intervenue au sujet des campagnes de postes d’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) qui s’ouvrent chaque année aux alentours du mois de février, afin de parler de son expérience et donner quelques conseils.

Les postes d’ATER sont les postes vers lesquels se tournent de nombreux doctorants à l’issue de leur contrat doctoral de 3 ans, ou de jeunes docteurs à l’issue de la fin de la thèse, dans l’attente de trouver un poste de Maître de conférence. Ces postes leur permettent ainsi de continuer à enseigner dans le supérieur, à raison de 192 heures d’enseignement pour un poste d’ATER complet, ou de 96 heures d’enseignement pour un poste de demi-ATER.

Ces postes sont ouverts chaque année aux candidatures, selon les besoins de chaque université. Cette campagne commence très tôt dans l’année civile (février) et se termine durant l’été de la même année, pour des postes à occuper à partir de septembre. Les postes à pourvoir paraissent sur le site Galaxie. Néanmoins, certaines universités ne publient pas les postes à pourvoir. Néanmoins, l’association des jeunes chercheurs en histoire (AJCH) essaye de centraliser les informations (lien pour la campagne ATER 2019).

Pour connaître les conditions pour candidater à un poste ATER, référez-vous au site du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

On ne peut pourvoir un poste d’ATER qu’un nombre limité d’année : 2 ans maximum pour ceux qui ne sont ni agrégés ni certifiés, 3 ans pour les agrégés ou les certifiés (avec la possibilité, parfois, d’obtenir un prolongement dans l’université où la troisième année d’ATER a été réalisée).

Quelques recommandations :

  • Ne pas candidater juste avant la clôture : il faut d’abord remplir son profil candidat sur le site Galaxie, et ensuite déposer les dossiers demander dessus (processus informatique d’inscription puis de dépôt qui peut prendre deux-trois jours)
  • Un même bloc de pièces est toujours demandé : CV, carte d’identité, attestation d’inscription en thèse (certificat de scolarité), photocopie du contrat doctoral, diplôme de Master 2, lettre de motivation, arrêté de titularisation (uniquement pour les agrégés ou certifiés), et demande de détachement au rectorat pour exercer des fonctions d’ATER (uniquement pour les agrégés ou certifiés)
  • Uniquement pour les agrégés ou certifiés : concernant la demande de détachement au rectorat mentionnée ci-dessus, il s’agit d’une demande à formuler au printemps, en contactant le rectorat pour prévenir l’administration qu’on a prévu de faire la campagne ATER, afin d’obtenir une autorisation provisoire. Dans les vœux de mouvement intra-académiques, il faut mettre en premier vœu « titulaire de zone de remplacement » (TZR) et une attestation du directeur de thèse, tamponnée par l’ED, qui affirme que la thèse sera finie d’ici un an.
  • Toujours bien vérifier, au moment qu’on a déposé une candidature à un poste, qu’on a bien un mail de confirmation, pour vérifier que la candidature a bien été reçue et validée.
  • Outre la présentation de son parcours, de son sujet d’études, il ne faut pas hésiter à préciser, dans sa lettre de motivation, quels enseignements ont été faits durant le monitorat ou dans des vacations, et dans quelle mesure les recherches de sa thèse se rattachent au laboratoire auquel on candidate.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.