Séance 2 (13/12/2018) – Le comité de suivi de thèse

Présentation d’un projet de thèse par une doctorante de l’IHMC : Juliette Ronsin, « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici”. Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Discutante : Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC

En première partie de séance, Juliette Ronsin, doctorante en première année sous la direction de Claire Zalc, a présenté son projet de thèse, qui s’intitule : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici”. Les ouvriers (post-) yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard, de 1965 à nos jours. » Ce projet de thèse s’inscrit dans la continuité de son mémoire de Master portant sur « L’immigration (post-)yougoslave en France dans les années 1970-2000 : Le cas des ouvriers de l’automobile dans les usines Peugeot-Citroën à Sochaux », et dont plusieurs aspects et problématiques sont encore à développer.

Son analyse consiste ainsi à étudier les conditions dans lesquelles s’est effectuée la rencontre entre l’histoire de l’entreprise Peugeot et la trajectoire biographique des immigrés yougoslaves. À partir des années 1960, rencontrant alors des besoins accrus en main-d’œuvre, l’entreprise Peugeot a organisé la venue de nombreux Yougoslaves à Sochaux-Montbéliard, alors que la France n’était pas une destination d’immigration importante pour les Yougoslaves. Ainsi, dans le cadre de cette thèse, plusieurs problématiques retiennent l’attention. Pourquoi l’entreprise Peugeot a-t-elle embauché autant de Yougoslaves à une période donnée ? Quel a été le rôle de Peugeot dans le développement d’une politique migratoire entre la France et la Yougoslavie ? Par ailleurs, quels impacts ces politiques migratoires ont-elles eu à l’échelle de l’entreprise, des individus et de l’agglomération de Montbéliard ? Il s’agira également de s’interroger sur les conséquences de ces politiques sur les pays d’émigration et d’immigration. Plus précisément, quelles ont été les conséquences dans les régions et dans les villes dont étaient originaires les immigrés yougoslaves et dans celle où ils furent embauchés ? Enfin, les immigrés yougoslaves de Sochaux constituent-ils un groupe unis et homogène comme le supposerait la catégorie d’ « ouvriers yougoslaves », ou bien existe-t-il au contraire une multitude de cas individuels dont on ne saurait construire un modèle ?

La présentation de ses recherches s’est suivie d’une riche discussion avec Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS à l’IHMC, et spécialiste de l’histoire des sciences et de l’histoire des entreprises.

Comment organiser un comité de suivi ? Intervention par Laura Balzer et Marine Carcanague, doctorantes à l’IHMC

En seconde partie de séance, Laura Balzer et Marine Carcanague, toutes deux doctorantes en 4èmeet 3ème année, sont intervenues au sujet du comité de suivi de thèse, en rappelant les modalités d’organisation selon les différentes ED où sont inscrit.e.s les doctorant.e.s de l’IHMC (ED 113 de Paris 1 et ED 540 de l’ENS), et en revenant sur leur expérience.

Le comité de suivi de thèse a été rendu obligatoire en mai 2016. Composé d’au moins deux membres, il vise à élaborer un suivi évaluant les conditions de formation du.de la doctorant.e.

Il peut être réuni de manière facultative en première année, mais il doit être obligatoirement réuni à partir de la deuxième année : le rapport émis parle comité de suivi de thèse conditionne en effet les réinscriptions en 3ème,4ème, 5ème,… année de thèse.

Il s’agit donc de quelque chose à prendre avec sérieux.

Le comité de suivi de thèse est organisé par les écoles doctorales, ce qui explique les différences dans l’organisation des comités de suivi de thèse, selon que le.la doctorant.e soit inscrit.e à Paris 1 ou à l’ENS.

Pour chaque école doctorale, les modalités précises d’organisation sont à retrouver :

  • ici, pour l’ED 113
  • ici, pour l’ED 540

Laura Balzer et Marine Carcanague ont insisté sur le grand intérêt du comité de suivi de thèse, qui peut permettre, pourvu qu’il soit bien organisé, des échanges extrêmement intéressants et porteurs. Elles ont notamment vivement recommandé l’envoi en amont d’un rapport écrit d’une dizaine de pages, aux membres du comité de suivi, afin d’offrir un support à la discussion lorsque le comité se réunit. Ce rapport peut par exemple prendre la forme texte définissant le projet de thèse, rappelant les sources et la méthode employées, dressant un bilan historiographique et proposant les premiers résultats de la recherche, et revenant sur les éventuelles difficultés rencontrées ou les projets pour les années à venir, avec en annexe la liste des archives consultées ou qui restent à être consultées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.